La perte d’attention

réflexion

Une publicité vante les qualité technologique d’une voiture, Elle nous explique que ce véhicule peut éviter un piéton,  un vélo, une trottinette, une voiture,…  grâce à ses détecteurs qui anticipent le danger en avertissant le conducteur. 

Cette publicité est le reflet de l’état mental de notre époque.  Nous avons perdu en qualité d’attention et nous demandons à la technologie de nous aider pour faire face à ce déficit.

Le mental est tellement pris par ses pensées. Il a de plus en plus de difficulté à observer le présent tel qu’il est.  Un embouteillage peut favoriser la rumination ininterrompue du cerveau.  L’émotion peut y prendre part et laisser place à des énervements,…

Le stress d’un retard éventuel au prochain rendez-vous nous empêche de voir la voiture à l’arrêt devant vous.  Fort heureusement, neuf fois sur dix, on a le temps de s’arrêter avant l’accident.  Souvent le mental reçoit un tel choc, que le moment présent reprend toute sa force.  Une grande énergie nous met en situation d’éveil, une grande attention apparait.  Finies les pensées évoquant passé ou futur, le présent est là avec force.

Faut -il donc attendre l’accident ou l’éventualité de celui-ci pour s’installer dans le moment présent ?

La technologie ne peut pas tout, c’est une aide, un outil à notre service et non l’inverse. Une voiture ne pourra jamais combler notre manque d’attention par toutes ses compétences informatiques. 

Prendre conscience de ce manque d’attention est de l’attention.  Elle nous réinstalle au plus près du réel.  Elle nous donne de la vigilance.  La vigilance  ne peut se présenter que lorsque nous sommes dans l’instant présent. 

 

Autre exemple de perte d’attention :

Si je veux connaitre la météo des jours à venir, je consulte mon smartphone.  Il suffit de baisser la tête pour avoir l’info voulue.

Mon grand-père n’avait pas ces moyens technologiques à sa disposition, tout au plus, il regardait Jules Metz (pour les plus anciens qui s’en rappellent) au journal parlé de la RTB pour avoir les prévisions.  Et pourtant mon grand-père était très fiable dans ses prévisions .  Nous allions tous les deux aux champs lors de la fenaison.  Je le regardais avec grande attention dans le silence.  Il grattait le sol, un genou à terre en signe de génuflexion, puis se relevait.  Il regardait tout autour de lui les signes que la nature mettait à sa disposition.  Il levait la tête vers le ciel et enfin donnait la météo des deux ou trois jours à venir.

Il était dans l’attention et l’observation permanente. 

Les signes que nous donnent la nature sont toujours là mais leurs interprétations sont tombées aux oubliettes.  L’attention et l’observation qui leur étaient prêtée pendant des centaines d’années ont été marchandées contre des écrans.  Ceux-ci ont subtilisé une partie de présence pourtant tellement importante à notre vie sur terre.

Mon grand-père reste un exemple d’attention au monde, les signes présent dans la nature ne sont pas évident à lire,  le mental prend une grande place dans ma vie comme chez beaucoup d’entre-nous.  Mais rien n’est irrémédiable.  Prendre conscience de tout cela est une porte d’entrée vers la réappropriation de soi.  Un sentiment de liberté peut en découler.

Delfosse Emmanuël  Les gîtes de la Ferme du Pré charmant

risus in et, eleifend Praesent ut Sed adipiscing dapibus

Pin It on Pinterest